Petites histoires de mères

 

Synopsis

« Petites histoires de mères » est la réunion de 6 histoires de filles, de filles qui vivent et revivent des moments partagés avec leur mère… des souvenirs familiaux qui viennent s’inscrire dans la cité. Leur mémoire est en marche, ainsi que leurs fantasmes et une sorte de “tâtonnement intérieur provoqué par la présence de l’oubli”.Les mères sont vues par leurs filles. D’une histoire à l’autre, on entre dans le jeu qui les unit : l’élan, la pulsion faite d’attirance et de répulsion. Ces femmes s’éclairent, se révèlent mutuellement ; leurs histoires se répondent, la révolte les traverse – contre l’ordre familial ou les règles de la société. Les récits des cadettes font écho à ceux des aînées. Comme si elles étaient sœurs ; comme si la même histoire exposait ses différentes facettes, dans une mosaïque où s’entrechoquent le passé et le présent.

Résumé(s)

petite1

 

petite2

« Colette » 27 min – Avec Colette Crovasce, Sylvie Baroni et Laurence Laffitte

Colette raconte comment elle s’efforçait d’être en retard quand elle rentrait chez ses parents après son travail et « le drame à l’italienne » qui l’attendait alors à la maison. La scène prend place dans les années 60. Colette la rejoue avec deux comédiennes dans le rôle de sa mère et de sa sœur ainée. Ce récit dépeint les rapports de force entre femmes dans les familles.

petite3

« Halima » 25 min – Avec Halima Abdou-Soimad

Halima plante du manioc dans le terrain vague, au pied de la tour qu’elle habite à Marseille. Elle raconte comment sa mère l’a convaincue de continuer l’école pour échapper à ce seul horizon. Elle explique le rôle joué par sa mère comme soutien dans son combat de jeune immigrée originaire des Comores, arrivant sur le sol français sans papier. Cette histoire a pour thème l’archétype de la mère érigée en modèle et présente l’expérience du militantisme comme deuxième naissance.

petite4

« Marie »14 min – Avec Marie Haudiquet, Aïcha Sif

Marie raconte qu’elle n’a pas de souvenir de sa mère, cherche à cerner cette ombre qui a accompagné son enfance et trouve enfin une image confuse installée au fond de sa mémoire : sa mère enceinte. Une comédienne vient donner corps à cette image. Ce film aborde la notion d’amnésie et travaille la mère non plus comme personne mais comme présence.

petite5

« Saïda » 34 min – Avec Saïda Hidri, Anissa Laïr et Aïcha Sif

Saïda raconte comment elle a participé au divorce de sa mère qui a eu lieu en France, en 1975, alors que celle-ci ne parlait qu’arabe. Dans le palais de justice, elle rejoue la scène avec une comédienne dans le rôle de sa mère. Cette histoire pose la question de la transmission inversée : quelle est la place et la responsabilité des enfants dans le jeu de l’immigration.

petite6

« Samia »40 min – Avec Samia Siouani, Aïcha Sif

Samia façonne une comédienne pour qu’elle ressemble à sa mère. Elle raconte la relation ambivalente, partagée entre amour et haine, qui l’a unie à sa mère ; sa conviction d’être à la fois sa préférée et sa « guigne ». Originaires d’Algérie, elles arrivent en France dans les années 70. Où l’on voit que l’autorité vient aussi des mères et que la relation mère-fille peut être vécue comme un affrontement sans relâche ni victoire.

petite7

« Virginie »32 min – Avec Virginie Carta, Chantal Carta et Jérémy Dreyfus

Virginie raconte comment elle a enfin communiqué avec sa mère lors d’un conflit social auquel elles participaient toutes deux. Avec leurs amis militants, Virginie et sa mère reconstituent le piquet de grève et rejouent les scènes de leur intimité. Ce film travaille l’archétype de la mère forte.

Fiche technique

6 films courts de Séverine Mathieu

Équipe Technique
Image: Jérôme Colin, Jean-Jacques Mréjen
Décors: Julien Lemay / Stéphanie Cattiaux
Son: Pierre Armand
Montage: Claire Atherton
Réalisation: Séverine Mathieu

Production
Les Films du Tambour de soie
Collectif 13 Droits des femmes
Dis-FORMES
Image Plus

Format de Tournage
Béta Numérique 4/3

Retour à nos films