atelier/ Aurore Plaussu, Juliette Ancé et Elina Chared

2019 : Atelier « Le Rêve de l’amour »

 

thumbnail

 Depuis 2019, dis-FORMES collabore à nouveau avec le 188 bis Astronef et l’hôpital Edouard Toulouse dans une série d’ateliers reconductibles chaque année. Une équipe de jeunes réalisatrices a rejoint l’association.

De janvier à juillet 2019, Juliette Ancé et Aurore Plaussu ont mené un atelier avec les patients et soignants de La Passerelle, l’Hôpital de jour Henri Collomb, le CATTP Le Lacydon.

Cet atelier avait pour thème « L’amour », décliné sous toutes ses formes : le coup de foudre, l’amour qui libère ou au contraire qui enferme, l’amour de la nature, l’amour divin, le désir, la passion…

Le groupe constitué d’une quinzaine de participants s’est réuni chaque semaine dans le Pavillon 9 de l’hôpital pour écrire ensemble le scénario, tourner, mettre en scène et visionner les séquences filmées.

Cet atelier a donné naissance à un court-métrage de 27 minutes intitulé « Le Rêve de l’amour » qui a été projeté plusieurs fois au sein du théâtre de l’Astronef en juin puis en septembre 2019 ainsi que dans le cinéma Vidéodrome 2  à Marseille en octobre 2019.

 

Capture d’écran 2020-04-22 à 14.36.44

Synopsis : L’amour passion, l’amour impossible, l’amour incroyable, l’amour qui enferme ou celui qui libère… avec Saliha, Frédéric, Françoise, Ahmed, Omar, Jean-Paul, Laura, Didier, Jamila, Souhir, Emile, Joseph, Sophia, Ourida, Juliette, Sofiane, Jennifer, Naïma, Aziz, Roger, Chantal, Aurore, Livia, Ramon et Alain…apprêtez-vous à faire un voyage au coeur du RÊVE DE L’AMOUR.


 

2020 : Atelier « Le(s) départ(s) »

 

Capture d’écran 2020-04-22 à 14.31.00

 

Depuis janvier 2020, les réalisatrices Elina Chared et Aurore Plaussu ont mis en place un atelier avec une quinzaine de patients et soignants de l’Hôpital de jour Camille Claudel et du CATTP Le Lacydon.

Le thème de ce nouvel atelier est le(s) départ(s).

 

Capture d’écran 2020-04-22 à 14.31.59

Dans les films, les départs sont souvent des points de bascule pour les personnages : On a tous en tête des images de séparation sur un quai de gare, de départ à l’aéroport, d’évasion façon road-movie.

Dans cet atelier, on cherche ensemble les départs issus de souvenirs comme de l’imaginaire qui ont été marquants pour chacun.e. Chaque départ est transformateur et contient des ressorts comiques comme dramatiques : Il y a les départs forcés vers un pays qu’on n’a pas forcément choisi, les fuites sans point d’arrivée mais aussi l’évasion libératrice, les départs imaginaires, les nouveaux départs, les faux départs…

Mettre en scène le départ c’est mettre en scène un instant t : qu’est-ce qui pousse à partir ? Cela interroge le spectateur : Quel chemin va emprunter le personnage ? Quel sera son point d’arrivée ? Y en aura-t-il un ?

Au cours des deux premiers mois, le groupe s’est rassemblé une fois toutes les deux semaines au sein du Pavillon 9 de l’Hôpital Edouard Toulouse pour écrire le scénario du film et planifier le tournage.

Un premier point de départ d’un film encore en cours de réalisation…